Conduite à tenir en urgence

  • Surtout, ne jamais toucher les chenilles avec les mains.
  • Éloignez le chat de la zone.
  • En cas dʼatteinte cutanée, laver abondamment la zone contaminée pour éliminer la substance urticante.
  • En cas de contact buccal, vous pouvez rincer la gueule avec de l’eau froide pour diminuer lʼœdème et éliminer le maximum de poils
  • Lʼamener tout de suite chez le vétérinaire.

Les chenilles processionnaires (Thaumetopoea pityocampa) qui colonisent les pins dans de nombreuses régions, sont largement répandues dans le sud-Ouest, même si leur aire de répartition progresse également de plus en plus vers le Nord. Elles sont issues d’un papillon qui pond dans les aiguilles de différents type de pin. Il existe même une espèce qui colonise les chênes. Elles tissent des nids de soie dans les arbres au milieu des aiguilles dont elles se nourrissent. A partir  de fin Janvier et même plus tôt si les températures sont douces, les chenilles quittent leur nid et descendent des arbres en une longue procession afin d’aller s’enfouir dans le sol à quelques centimètres sous terre, à plusieurs dizaines de mètres de leur arbre d’origine. Plusieurs mois plus tard, les chenilles se métamorphosent en papillon, sortent de terre et s’envolent. Le cycle de ponte reprendra à la fin de l’été, début de l’automne.

 

Les chenilles sont recouvertes de poils extrêmement urticants. Ils se détachent facilement dès que la chenille est inquiétée, libérant une substance très irritante qui peut entraîner des brûlures extrêmement graves.

L’envenimation par les chenilles processionnaires est très fréquente chez les chiens en raison de leur curiosité naturelle et de leur tendance à lécher ou à jouer avec ce qu’ils ne connaissent pas, mais peut également se produire chez le chats, avec des symptômes similaires.


Quels sont les symptômes ?

Ils dépendent de la zone de contact. Au niveau de la peau ou des yeux, cela entraîne des démangeaisons importantes. La grande majorité des cas le chien a léché les chenilles, on notera des signes d’irritation sévère de la langue: salivation importante, gonflement, changement de couleur, parfois des vomissements ou des saignements.

 

Gravité

Cʼest une urgence vétérinaire vraie. La substance irritante libérée par les poils des chenilles provoque irritation de la peau, de la langue, des yeux, des bronches, … pouvant aller jusquʼà une nécrose avancée nécessitant des amputations. Sur des animaux (ou des gens) allergiques des réactions violentes (œdème de Quincke, choc anaphylactique) peuvent mettre en jeu le pronostic vital.

Quel vétérinaire contacter ?
Vétérinaire traitant, centre d’urgence vétérinaire, …

  • Si votre vétérinaire traitant est ouvert, cʼest bien évidemment lʼinterlocuteur privilégié
  • En son absence, pour ce type dʼurgence, dès les premiers gestes effectués, il ne faut pas perdre de temps et conduire votre chat dans une clinique vétérinaire de garde dédiée aux urgence.
  • En cas d’atteinte avancée, l’attente de l’arrivée d’un vétérinaire à domicile est une perte de temps préjudiciable d’autant plus quand il faut diriger l’animal vers un centre d’urgence en mesure d’effectuer les examens complémentaires, l’hospitalisation, le contrôle durable de la douleur…

Hospitalisation

  • Nécessaire parfois, particulièrement en cas dʼatteinte grave de la langue, des muqueuses ou dʼétat de choc.

Prévention

Il existe plusieurs types de prévention :

  • Mettre en place des pièges autour des pins infestés de nids à la fin de l’hiver ou plus tôt si le climat est doux (inutile pour les chênes). En descendant le long du tronc, les chenilles seront capturées dans un sac en plastique. Les chenilles sont capturées dans des sacs en plastique en descendant le long des troncs. Il est très important de veiller à bien placer les pièges en hauteur, hors de la portée des enfants ou des animaux.
  • Si vous identifiez des nids dans les arbres, ne surtout pas intervenir vous même. Certaines communes mettent en place des plans de prévention adaptés et peuvent intervenir dans les lieux publics.
  • Mise en place de pièges à partir de phéromone de synthèse qui attirent les mâles au moment de la période de reproduction (de juin à septembre en fonction des régions). Cela permet de diminuer notablement la fécondation des femelles.
  • Éco-prévention : Amélioration de la biodiversité permet de mieux contrôler les populations de chenilles.
    Il est ainsi conseillé de :

     

    – Mettre en place un nichoir à mésange. Cet oiseau raffole des chenilles processionnaires.

    – Planter d’autres type d’arbre, en particulier les feuillus en lisière des forêts de pin, notamment des bouleaux qui émettent des odeurs répulsives.

Piège permettant de capturer les chenilles qui descendent de l’arbre pour aller s’enfouir
Piège permettant de capturer les chenilles qui descendent de l’arbre pour aller s’enfouir
Le papillon donnant naissance à la chenille processionnaire (D’après Papillon Poitou Charentes)
Le papillon donnant naissance à la chenille processionnaire (D’après Papillon Poitou Charentes)
Mésange en train de manger une chenille processionnaire (D’après INRA)
Le papillon donnant naissance à la chenille processionnaire (D’après Papillon Poitou Charentes)

Source : Fregis.com