Conduite à tenir en urgence

  • Le raisin frais est toxique pour le chien
  • Le raisin sec est appétent mais toxique pour le chien
  • Le raisin pourri au pied des vignes est une source d’intoxication chez le chien
  • L’intoxication du chien par le raisin provoque des douleurs abdominales

Le raisin présente une toxicité rénale et digestive pour le chien.

L’intoxication par le raisin fait suite à la distribution volontaire de raisin par son maître (qui en ignore souvent la toxicité), mais, le plus souvent, elle est due au vol d’une grappe de raisin frais, d’un sachet de raisins secs (très appétents pour le chien) ou encore à l’ingestion de grappes en train de pourrir au pied d’une vigne et que les chiens apprécient.

Si l’ingestion est récente (moins de 2 heures), il faut faire vomir le chien et lui administrer du charbon végétal activé (5 ml/kg par voie orale).

 

Gravité

C’est une urgence vétérinaire vraie.

Curieusement, cette intoxication est méconnue par le public et n’est décrite que depuis 2001.

En France, des cas sont régulièrement rapportés, y compris des cas mortels.

Seuls le chien et le furet semblent concernés par cette intoxication. Aucun cas ne semble avoir été rapporté chez le chat.

Le pronostic est réservé. Quand une insuffisance rénale se développe, il devient sombre.

Principaux symptômes et mécanismes d’action

À ce jour, le principe toxique n’est pas connu.

La dose toxique est d’environ 10 à 50 g/kg de raisin frais. Une grappe de raisin frais peut être mortelle pour un chien de 10kg.

Les raisins secs sont plus toxiques et 6 raisins secs par kg suffisent pour intoxiquer un chien.

Les signes cliniques surviennent environ 24 heures après l’ingestion et peuvent persister plusieurs semaines.

Ils sont dominés par des signes généraux (léthargie, anorexie, hypothermie, douleurs abdominales), des troubles digestifs (vomissements, diarrhées).

Dans les cas les plus graves, une insuffisance rénale aiguë se développe en 48 à 72 heures. Elle se traduit par une diminution de la quantité d’urine et par des modifications sanguines de l’urée, de la créatinine, de la calcémie et de la phosphorémie).

Quel vétérinaire contacter ?
Vétérinaire traitant, centre d’urgence vétérinaire, …

  • Si votre vétérinaire traitant est ouvert, c’est bien évidemment l’interlocuteur privilégié.
  • En son absence, pour ce type d’urgence, une consultation sans délai dans une clinique vétérinaire de garde dédiée aux urgences est indispensable. En effet, la mise en place rapide du traitement et une surveillance vétérinaire prolongée sont essentiels.
  • L’attente de l’arrivée d’un vétérinaire à domicile est souvent une perte de temps préjudiciable d’autant plus qu’il devra de toute façon diriger l’animal vers une clinique vétérinaire de garde dédiée aux urgences en mesure d’effectuer les examens complémentaires, l’hospitalisation, les perfusions

Hospitalisation

  • Indispensable, en particulier dans les cas graves. Des analyses sanguines permettront d’évaluer l’importance de l’atteinte de la fonction rénale. Des perfusions intraveineuses abondantes sont nécessaires pendant au moins 48 heures.

Source : Fregis.com