"Votre vétérinaire toulousain nous fait confiance,
il nous confie ses urgences."

La Piroplasmose

 

  Focus sur cette maladie qui reste très présente dans notre région du Sud-Ouest.

Késako ? 

         La piroplasmose, également appelée babésiose, est une parasitose sanguine.

 

         Les parasites présents dans la salive de certaines tiques (en particulier Dermacentor reticulatus et Rhipicephalus sanguineus) sont transmis à l’animal lors de morsure par ces dernières.  La fréquence de cette maladie est donc plus importante au printemps et à l’automne lors de l’activité accrue des tiques.

         La période d’incubation varie entre 7 et 21 jours selon le parasite responsable.

 

 

Que va t-il se passer ?      

Le parasite rentre dans les globules rouges à l’intérieur desquels il se multiplie avant de les faire exploser. Il s’ensuit une anémie, une chute des plaquettes sanguines et, à cause de la libération de l’hémoglobine de graves complications rénales et hépatiques peuvent également suivre.

         Votre animal pourra dans un premier temps présenter un abattement qui sera rapidement de plus en plus important. Vous pourrez également noter une augmentation importante de la température rectale qui pourra dépasser les 40°C (contre 38°C à 39°C pour la normale). Enfin, certains chiens présenteront des muqueuses pâles, signe d’une anémie avancée pouvant être associée à la coloration brune des urines. En début d’évolution cette coloration pourra être suffisamment faible pour ne pas être remarquée.

 

         Ces symptômes sont ceux majoritairement observés, cependant il existe d’autres expressions cliniques de la maladie que l’on appelle « formes occultes ». Les chiens pourront alors présenter de façon isolée ou en association des symptômes respiratoires, digestifs, cardiaques…ect. Le diagnostic clinique est alors plus complexe et des examens complémentaires sont nécessaires pour mettre en évidence la présence du parasite.

 

         Dans tous les cas, si votre animal présente un ou plusieurs de ces symptômes, prenez rendez-vous dans une clinique vétérinaire.

 

Que va faire le vétérinaire ?

     Après un examen clinique rigoureux et si votre vétérinaire suspecte une piroplasmose chez votre animal, il pourra réaliser une analyse sanguine et une analyse d’urine. La présence du parasite dans les globules rouges sur un frottis sanguin observé au microscope est le moyen diagnostique fiable le plus rapide au sein de la clinique.

         Il est cependant parfois impossible de voir le parasite sur un frottis. Dans ce cas des examens de laboratoire plus complexes seront nécessaires (PCR, immunologiques..).

 

 

Frottis sanguin. Image de piroplasmes

 

 

Quel est le traitement nécessaire pour vaincre la maladie ?

 

         Il existe un traitement efficace qui permet d’éliminer le parasite. Si des complications hépatiques ou rénales apparaissent, l’hospitalisation sera nécessaire pour placer l’animal en soins intensifs.

         Après traitement, des rechutes sont possibles à partir de parasites persistants mais elles restent rares. Elles peuvent survenir une dizaine de jours après le premier épisode.

 

Quels sont les risques pour mon animal ?

        

         Le pronostic dépend du délai de mise en place du traitement. Si d’importantes complications rénales ou hépatiques se sont installées le pronostic peut être réservé.  La piroplasmose reste une maladie grave qui peut entraîner la mort ou laisser de graves séquelles organiques.

 

Comment éviter à mon animal de contracter la piroplasmose ?

 

         Quelques règles de base devront être respectées pour éviter à votre animal de contracter la maladie.

 

  1. Le traiter contre les tiques toute l’année (antiparasitaire externe) en suivant à la lettre les recommandations de votre vétérinaire (produit, posologie, contre-indication liée à la race ou à l’âge…)
  2. Observer scrupuleusement la peau de votre animal en retour de balade dans des zones d’infestation privilégiées (forêt, grandes herbes…) pour vérifier l’absence de tique sur la peau de votre chien.
  3. Pour les chiens de chasses ou les chiens vivants en chenil une désinfection régulière de leur lieu de vie sera nécessaire.

Privilégier le retrait du tique en utilisant une pince tire-tique pour éviter la persistance du rostre dans la peau.
Pour plus de conseil demandez à votre vétérinaire.

 

 

 

Questions / Réponses

 

  1. Je pense que mon chien à la piroplasmose, dois-je consulter un vétérinaire ?

OUI.

Seul le vétérinaire sera capable de diagnostiquer une piroplasmose. Si votre animal présente de l’abattement ou tout autre signe clinique anormal il pourrait avoir une piroplasmose ou tout autre maladie qu’il sera important de prendre en charge. Dans ce cas, consultez votre vétérinaire.

 

  1. Mon chien est correctement traité contre les tiques, peut-il avoir la piroplasmose ?

OUI.
Si vous utilisez un traitement contre les tiques conseillé par votre vétérinaire, celui-ci est normalement efficace et le risque de contracter la maladie est faible. Cependant, quelques cas de piroplasmose chez des chiens sous traitement contre les tiques ont été décrits.

 

  1. Mon chat a de la fièvre, peut-il avoir la piroplasmose ?

 

La piroplasmose est une maladie rarissime chez le chat, on dénombre quelques cas décris en Europe. Il existe d’autre parasitoses sanguines plus fréquentes dans cette espèce.

 

  1. Mon chien a déjà eu la piroplasmose, peut-il l’avoir une nouvelle fois ?

OUI.

Il n’existe pas d’immunité spécifique contre le parasite. Un même chien pourra donc avoir plusieurs fois la piroplasmose. Un traitement contre les tiques est donc indispensable durant toute la vie de l’animal.

  1. Mon chien a attrapé la piroplasmose, suis-je susceptible de l’attraper ?

 

Il n’existe pas de risque de transmission direct de l’animal à l’homme. Attention toutefois car il existe des maladies transmises par les tiques à l’homme. En cas de morsure, consultez un médecin.

 

  1. Je reviens de chez le vétérinaire qui a diagnostiqué une piroplasmose et administré un traitement à mon animal. Mon chien est encore plus abattu qu’avant la consultation que dois-je faire ?

 

Une fois le traitement injecté à votre animal celui-ci agit rapidement et efficacement. Des vomissements peuvent être observés après l’administration du traitement.
Cependant, le traitement n’élime que 99% des parasites, le reste étant éliminé physiologiquement par l’organisme. Si votre animal présente de nouveaux signes cliniques tels que des vomissements importants, un abattement important, une hospitalisation sera peut-être nécessaire. Dans ce cas appelez votre vétérinaire.

 

  1. Nous sommes en plein hiver, dois-je continuer à traiter mon animal contre les tiques pour prévenir la piroplasmose ?

OUI.

Les tiques ne se mettent en hibernation que lorsque la température extérieure descend en dessous de 6-8 C°. Il est donc tout à fait possible que votre chien soit mordu par une tique en n’importe quelle saison. 

 

  1. Je viens de retirer UNE tique sur la peau de mon chien, dois-je aller immédiatement consulter un vétérinaire ?

NON.

Pour que votre animal contracte la piroplasmose il faut que la tique soit restée au minimum 48h dans la peau de votre animal et qu’elle soit porteuse du parasite avant morsure. Si vous trouvez une tique isolée sur votre animal, la probabilité est donc faible. Cependant le risque existe. Enlevez immédiatement la tique à l’aide d’un tire-tique et gardez un œil sur votre animal. Dans tous les cas, prenez rendez-vous dans une clinique vétérinaire en cas d’abattement, fièvre, ou d’infection au niveau du site de morsure.

NOS VÉTÉRINAIRES DE GARDE ASSURENT LES URGENCES POUR CES COMMUNES

A

B

C

D

E

F

G

I

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

V