Conduite à tenir en urgence

  • Notez l’heure supposée de l’ingestion
  • Estimez la quantité ingérée et la nature du chocolat (cacao, chocolat noir ou au lait).
  • Contactez rapidement dans un service d’urgences vétérinaires.

Les périodes de Pâques et de Noel, sont souvent le théâtre de vol de friandises par nos compagnons domestiques, tout particulièrement le chocolat. En fonction de la quantité ingérée, cela peut se révéler toxique voire même mortel.

Ce qu’il ne faut pas faire: essayer de faire vomir soit même son animal

En fonction du délai qui sépare l’ingestion et des symptômes, il peut être intéressant de faire vomir l’animal. C’est un geste potentiellement à haut risque, la décision ne doit être prise que sur avis du vétérinaire et dépend de chaque situation. Ne perdez pas de temps à chercher comment faire sur Internet. Certaines méthodes peuvent aggraver la situation, nous avons ce qu’il faut pour faire vomir.

 

Gravité

En revanche, avec une prise en charge précoce et adaptée, selon la quantité ingérée, le pronostic est généralement favorable. Il n’existe pas d’antidote spécifique.

Quels sont les principaux symptômes ?

  • Hyperthermie
  • Troubles nerveux : agitation ou prostration, démarche hésitante (ataxie), convulsions, coma
  • Troubles digestifs : diarrhée, vomissement, hypersalivation (ptyalisme), coloration noire des selles par le cacao, douleurs abdominales. Les signes digestifs sont généralement les premiers à apparaître.
  • Troubles cardiaques et respiratoires : selon la dose et le stade, fréquence anormalement élevée ou diminuée, rythme irrégulier, respiration rapide
  • Troubles urinaires : augmentation de la quantité d’urine produite (polyurie)

Le chocolat est également un aliment gras, qui chez les chiens sensibles, en particulier les chien âgés, peut entrainer des problèmes au niveau du pancréas. Ce n’est pas la toxicité même du cacao qui est en cause mais sa composition des chocolats (noisette pralin, crème…). La pancréatite est une maladie grave qu’il faut traiter rapidement et qui nécessite souvent une hospitalisation

Quel vétérinaire contacter ?
Vétérinaire traitant, centre d’urgence vétérinaire, …

  • Si votre vétérinaire traitant est ouvert, c’est bien évidemment l’interlocuteur privilégié.
  • En son absence, pour ce type d’urgence, une consultation sans délai dans une clinique vétérinaire de garde dédiée aux urgences est indispensable. En effet, la mise en place rapide du traitement et une surveillance vétérinaire prolongée sont essentiels.
  • L’attente de l’arrivée d’un vétérinaire à domicile est souvent une perte de temps préjudiciable d’autant plus qu’il devra de toute façon diriger l’animal vers une clinique vétérinaire de garde dédiée aux urgences en mesure d’effectuer les examens complémentaires, l’hospitalisation, les perfusions

Hospitalisation

  • Indispensable dans les cas graves. Selon la situation, l’administration d’anticonvulsivants, un lavage gastrique, une surveillance électrocardiographique, … peuvent être réalisés. Ces examens et traitements ne sont pas réalisables à votre domicile.

Source : Fregis.com